Anna Mix, la dame aux deux visages

Publié le par Kevin

Anna Mix, la dame aux deux visages

Salut à tous, cet hiver je reviendrai le lendemain sur chaque course "B" préparatoire au Prix d'Amérique, en vous dévoilant mes impressions, mes notes, mes réflexions, objectives ou non. 

Le Prix de Bretagne s'est donc couru hier, ce qui nous a fait déjà sentir comme un parfum de dernier dimanche de janvier, et ce malgré des conditions de course compliquées pour les chevaux et les hommes. Ce qui est sûr c'est qu'Anna Mix, qui s'est imposée avec brio, ne doit rien à personne. Explications. 

De l'enfer au paradis

On pourrait presque faire un film sur la journée d'Anna Mix hier, car ses preneurs (ceux qui n'ont pas jeté leur tickets après le premier faux-départ en tout cas) ont dû avoir un sacré ascenseur émotionnel. 

Pour tout comprendre, rappelez-vous le dernier meeting d'hiver. La belle ne voulait plus partir à la volte à Vincennes, ce qui a ruiné ses chances de participer au Prix d'Amérique 2016. Après une saison européenne à courir derrière l'autostart, avec réussite malgré pourtant un gros manque de vitesse au départ, elle nous est revenue dès le premier jour du meeting dans le Prix des Cévennes. Départ volté. Comme par enchantement, elle est très bien partie et a pu donner une belle réplique à un Aubrion du Gers impérial ce jour-là. 

"C'est bon, ses comédies au départ sont oubliées" pensait-on alors. Mais apparemment la demoiselle est rancunière, ou tout du moins caractérielle. Puisqu'elle a remis ça lors du premier départ du Bretagne, se piquant à la sortie des raquettes de départ, occasionnant la reprise de celui-ci. 

Ceux qui pouvaient encore annuler leur paris se sont empressés de le faire (j'en connais), ceux qui ne le pouvaient pas, ou ne le voulaient pas, ont vu leur rythme cardiaque passer à 300 pulsations/minute. Mais par chance, son lad était dans les raquettes pour essayer de la ramener à la raison, et elle a un magicien comme pilote en la personne de Franck Nivard.

Au second départ, où elle doit de toute façon partir en retrait, on la fait s'élancer quasiment comme pour un travail ordinaire, et cette fois Anna Mix part, un peu à reculons, mais elle part, c'est l'essentiel. Elle rendra 20m à peu près à ses rivaux. La suite se passe de commentaires. 

Francky la fait recoller gentiment au peloton dans la descente, et après avoir eu la chance de trouver le dos de Bird Parker dans la montée pour la ramener, Anna Mix se détache de ses rivaux dans la ligne droite pour aller s'imposer assez tranquillement. 

Bon, il est clair que le sentiment est mitigé après cette course, car si ce qu'elle a fait sort de l'ordinaire, les plus grands doutes sont revenus quant à sa capacité à démarrer proprement dans un Prix d'Amérique. Car les organisateurs vont de nouveau hésiter à l'accepter au départ. Et car si elle part comme elle l'a fait hier, elle aura vraiment beaucoup de mal à faire l'arrivée d'une course qui roule du départ à l'arrivée. 

 

Quelques notes derrière 

Oui car si l'histoire est belle, elle ne doit pas non plus occulter les autres chevaux de la course, d'autant qu'il y a des enseignements à tirer. 

Le premier, c'est que Propulsion est sans doute un très bon cheval. On ne reste pas en suspension pendant la moitié de la course pour n'échouer qu'au second rang quand on est un cheval moyen. Celui-là est taillé pour la grande piste sans aucun doute, et on va le revoir à son avantage cet hiver, y compris dans l'Amérique, puisque comme Anna Mix, il est qualifié d'office. 

Qualifié comme la 3e, LA note de la course, Princess Grif, qui a juste crevé les jumelles dans la ligne droite dès qu'elle a pu avoir le jour. Elle que l'on pensait un peu plus à l'aise sur les parcours réduits et piste plate semble avoir franchi un cap ces dernières semaines et il va falloir reconsidérer sérieusement sa candidature pour fin janvier, d'autant qu'elle tirera aisément profit d'une course qui roule avec sa pointe de vitesse phénoménale. 

Ne pas non plus négliger Bird Parker, même s'il devra clairement s'élancer plus vite dans le Prix d'Amérique, mais il est parti assez correctement avec Anthony Barrier, qui le découvrait pourtant, et c'est lui qui a fait les derniers 1.200m en apnée et qui a ramené le wagon de 3, notamment la future lauréate, et qui n'a pas trop molli dans ligne droite. 

C'est un superbe Trebol, ferré, qui conclut au 5e rang, finissant presque aussi vite que Princess Grif pour sa rentrée, ce qui est vraiment de bonne augure pour l'avenir. 

A surtout noter aussi en retrait la très bonne fin de course de Lionel, qui rentrait totalement, et qui va clairement être à suivre fin janvier. 

Pour le reste...

Pour le reste, pas vraiment de malheureux. Ah si, Belina Josselyn n'a pas couru ou presque. Dans le dos de Charly du Noyer le leader, elle a été gênée par le driver de Propulsion quand JMB a cherché à la décaler et elle a fait la faute, semblant aller facilement à cet instant. Elle n'aurait sans doute pas été loin du compte. 

On notera aussi les malheurs de Baltic Charm qui aurait été compétitif pour une place sans sa faute, après avoir suivi le wagon Bird/Anna dans la montée après un départ encore plus lent que la lauréate. 

Au rayon déceptions, évidemment Charly du Noyer. N'est pas Bold Eagle qui veut (s'il avait pris 5 ans au premier janvier, le Belgique ne se court que le 15), et affronter les vieux quand on a encore 4 ans est vraiment compliqué, on s'en est bien rendu compte hier. Le petit champion manque de dureté et d'expérience dans une course qui ne connaît pas beaucoup de temps morts. On aurait bien aimé voir Traders en pareilles circonstances hier. 

Amiral Sacha nous semblait bien avant la course pour sa rentrée, affûté et très beau d'état. Peut-être fallait-il ne pas forcer pour aller devant ce dimanche. Il n'a pas été très percutant dans la phase finale, mais il va forcément progresser sur cette sortie. 

 

Reste maintenant à attendre la prochaine préparatoire, le Bourbonnais, avec cette fois Bold Eagle en piste, et honnêtement sur ce que l'on a vu hier, on voit mal parmi ses aînés qui peut le mettre à mal. Mais le meeting ne fait que commencer ! 

Publié dans Actu hippique

Commenter cet article