Bold Eagle est bien le meilleur

Publié le par Kevin

Bold Eagle est bien le meilleur

Le Prix d'Amérique Opodo a rendu son verdict ce dimanche à Vincennes, et il est le même, sans surprise, que l'an passé. Bold Eagle est bien le meilleur cheval d'Europe, et sans doute du monde. Il l'a prouvé avec assurance en battant une nouvelle fois son propre record établi l'an passé dans cette même course en marchant 1'11"2. Mais cette fois il a eu droit à une superbe combattante face à lui, Belina Josselyn. Heureusement, Bold avait à son sulky un driver hors norme, Franck Nivard. Debrief en images. 

Ce qu'il y a de bien avec les grands cracks, chevaux comme drivers, ce n'est pas qu'on se demande s'ils vont gagner, mais comment ils vont y parvenir. Et le scénario de ce Prix d'Amérique 2017 n'était pas forcément celui que l'on pouvait prévoir à la base. 

Car Franck Nivard a décidé de prendre un risque en démarrant vraiment sagement Bold Eagle, à se retrouver parmi les derniers lors de la mise en jambes, puis en 12-13e position dans le dos de Voltigeur de Myrt après avoir pris sa place dans le peloton aux tribunes. Lionel est dans son dos. Le pilote manchois, réputé pour son sang-froid ahurissant, en a fait encore preuve ici, et même encore plus par la suite.

Devant, Timoko a pris la tête comme prévu, malgré un relais inattendu avec Univers de Pan, dont Philippe Daugeard a visiblement pris des substances curieuses avant la course. Puis en plaine c'est Call Me Keeper qui va venir le faire avancer de façon impromptue, ce qui causera sans doute sa perte à la sortie du tournant final. Au pieds de la montée Belina Josselyn se retrouve à deux nez au vent, mais JMB n'a pas envie d'avancer d'autant que devant le rythme ne mollit pas vraiment et que faire progresser le wagon de 2 ne ferait que griller du carburant inutilement à la jument, qui à ce moment va vraiment très bien. 

Aux 1000m, Lorenzo Donati, pour son premier Prix d'Amérique, se montre un peu trop chaud en sortant du dos de Belina à 3 nez au vent, alors qu'en dehors vient Propulsion, ce qui crée un wagon de 3 et un demi wagon de 4. 

On arrive à l'intersection des pistes, et c'est le moment le plus fantastique de cette course. Devant, Timoko commence à donner des signes de fatigue, JMB n'a encore absolument rien demandé à Belina Josselyn et a laissé Voltigeur en suspension à son extérieur, et il emmène cette fois Bold Eagle, qui du coup a pu profiter de l'aubaine. A l'entrée du tournant, éclair de classe monstrueux de Belina qui contourne ce qui reste du peloton, mais qui emmène Bold Eagle sur son porte-bagage, lequel n'a rien fait du parcours et se trouve avec un gaz de folie. Les deux champions à ce moment prennent 20m à tout le peloton, et Lionel, qui pourtant suivait Bold, est complètement pris de vitesse. Moment absolument fabuleux ! 

La suite se passe de commentaires tant elle est évidente : Franck Nivard suit JMB jusqu'à l'entrée de la ligne droite et déboîte avec d'énormes ressources pour s'en aller la déborder facilement et permettre à Bold Eagle de conquérir un second succès dans le Prix d'Amérique, dans un chrono encore plus époustouflant que l'an passé, 1'11"2. 

Lionel, ressaisit après l'uppercut qu'il a pris dans le tournant, vient prendre une excellente 3e place devant Propulsion qui a été très bon sur le dernier kilomètre, et Briac Dark qui confirme la belle impression laissée dans le Belgique. Point de vraie grosse déception, si ce n'est Timoko qui a dû avancer davantage que prévu, et puis la pauvre Anna Mix qui est retombée dans ses travers lors du premier faux-départ, et qui n'a pas voulu en jouer ensuite, ce qui a obligé son mentor à la déclarer non-partante.

Ce qui ressort, au-delà de cette seconde couronne de Bold Eagle qui plus que jamais est bien placé pour dépasser son paternel et rejoindre Ourasi si rien ne lui arrive, c'est que Franck Nivard est un monstre de sang-froid et de génie car il a mené cette course comme si c'était un prix de série. Il n'a pas fait d'erreur du début à la fin et cette victoire est encore plus la sienne que celle de l'an passé. 

Mais on se doit aussi de saluer la performance exceptionnelle de Belina Josselyn, que l'on avait adorée l'été dernier aussi bien dans le Critérium que dans le Prix d'Eté, et qui, avouons-le est celle qui a fait la course, car elle a démarré, s'est retrouvée nez au vent en plaine puis dans la montée, et pourtant c'est elle qui a placé une accélération folle dans le tournant et ramené Bold Eagle sur un plateau en or massif. Si le vainqueur est magnifique, sa dauphine a été vraiment très très bonne également et mérite tout le respect de la terre, tout comme Jean-Michel Bazire qui lui aussi a mené une course école. 

 

Et maintenant ? La revanche dans 15 jours, dans le Prix de France, mais si Bold reste dans le même état de forme il ne fait aucun doute qu'il devrait encore réaliser le doublé, et espérons-le le triplé dans le Prix de Paris.

Les courses sont belles, elles sont même magnifiques quand cela débouche sur un tel scénario. Vivement la suite. Bravo Bold, et merci Belina ! 

Commenter cet article