Ascot Champions Day en 12 Objections , by Marie

Publié le par Kevin

Ascot Champions Day en 12 Objections , by Marie
Les amis, camarades d'argent facile souvent ou de rebords de fenêtre parfois, frères hippiques, fins gourmets des classiques..., c'est le grand jour.
Votre papier est fait, argumentaire au point, formules de jeux presque ficelées, ne vous reste qu'une seule chose à faire : vérifier votre logique, la re-vérifier, la sur-vérifier et vous rassurer une dernière fois.
Pour ça, rien de tel que vous inventer des objections auxquelles trouver la parade ; ce qui procure l'ultime sérénité, ...vous le savez bien. Le rituel mental, vous le connaissez par-cœur.
Bref, il vous faut un procureur, des critiques et de la mauvaise foi même, c'est comme ça que ça se passe.
Alors, des objections, je vous en soumets douze... Battez-vous avec et que ce soit pour les adopter ou les repousser, l'essentiel, c'est qu'elles vous aident à toucher.

1) Je ne jouerai pas la passerelle #QPAT #ChampionsDay d'Order of St'George (107), même à trois semaines cette saison-ci, après une course si dure. Le couplé suffira, mais "no way" s'agissant du simple.

2) Je ne jouerai pas Big Orange (101) ailleurs que sur un sol léger (terrain annoncé au moins souple avec pas mal de pluies).

3) Je ne jouerai pas autre chose (en simple du moins) que Stradivarius (113), dont la grande tenue me paraît digne d'intérêt, la marge de progression encore importante et qui fut plus pris de vitesse que vraiment battu à Doncaster, sur un peu plus court (alors que la corde n'a pas semblé être la portion de terrain la plus rapide).

 

4) Je ne jouerai pas autre chose que la logique chez les flyers et les juments ; donc Harry Angel (210) et Bateel (302).

5) Je ne jouerai PAS Ribchester (404) sur un terrain aussi lourd et quasiment comparable à celui de Goodwood.

6) Comme je ne sais pas trop quoi inventer contre Al Wukair (407), disons avec une totale mauvaise foi que la laine sur les joues, ça ne va pas à André Fabre ; donc pas de peaux de moutons sur mon ticket (non, en vrai, avec la même mauvaise foi, j'avoue que c'est en colonne "jockey" que ça coince à mes yeux...).

7) Je ne jouerai pas autre chose que le jockey lauréat des Sussex, qui préfère monter Beat The Bank (408) ; lequel vient de "détruire" un lot de chouette facture à Newmarket. Jallota permet de raisonner par rapport à Suédois et cinq kilos là-dessus, je suis navrée mais ça traduit que le fils de Paco Boy défend une toute première chance. En plus, si ça ne le fait pas ce coup-ci, vous me remercierez quand même l'an prochain, quand vous crierez au crack à 4 ans...

8) Je ne jouerai pas le retour de Cracksman (509) sur la mi-distance qui ne me convient pas. J'ai trop souvenir de son Irish Derby... Ce jour-là, sur l'à-coup dans le tournant, il est à l'agonie avant de se ressaisir (certes magnifiquement). Pierre-Charles qui jusque-là ne le lâchait évidemment pas d'une semelle, ne parvient même plus à lui faire confiance et prend la décision de quitter son dos ; songeant de toute évidence qu'il ne l'emmènera plus bien loin. C'est un passage intéressant pour jauger son "speed" : on parle là "d'un tracteur de tenue" fabuleux, mais je cultive un doute sur sa vitesse s'agissant d'un tel tracé, même dans ce terrain.

9) Je ne jouerai pas la tenue de Barney Roy (506) qui me paraît en manquer ...un peu et a fortiori si James Doyle le monte devant comme à York.

10) Je ne jouerai pas cette passerelle que j'ai évoquée en commençant et donc pas Brametot (507) (autrement qu'en couplé). Je ne jouerai pas non plus la gamberge à laquelle Cristian Demuro aura du mal à échapper entre monter tout près de la tête comme dans l'Arc, au risque de consommer et attendre beaucoup trop loin pour Ascot (dans ce terrain) si c'est comme au printemps.

11) Je ne jouerai pas Highland Reel (502) dans ce terrain.

12) Je ne jouerai pas autre chose que Recoletos (510), au moins pour une place, car c'est la plus belle trajectoire pour arriver sur cet objectif et qu'Olivier Peslier est un prince à Ascot ; étant inutile de rappeler qu'un Whipper va rigoler sous la pluie.
Quiconque regarde son assez sale parcours cantilien en déduit honnêtement qu'il valait bien Brametot ce jour-là. 
Ce coup-ci, ce sera du caché au chaud en faisant mine de courir petits bras et un peu battu, pour revenir ramasser les morts dans les derniers hectomètres...

Publié dans Tuyau du jour

Commenter cet article