Debrief de l'Arc : Enable est hors normes

Publié le par Kevin

Debrief de l'Arc : Enable est hors normes

Enable a donc bien démontré qu'elle était le meilleur cheval du moment en s'adjugeant le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe dimanche à Chantilly, avec l'art et la manière, montée de formidable façon par Frankie Dettori qui devient le seul jockey de l'histoire avec 5 succès dans le fleuron français. Une course décidément historique. 

Beaucoup de premières

Car non seulement son jockey devient un surhomme, mais Enable devient aussi la première pouliche de 3 ans et faire le doublé King George-Arc de Triomphe. Mais comment aurait-il pu en être autrement ? 

Depuis que Jonh Gosden l'a rallongée au printemps en voyant qu'elle était prise de vitesse sur 2.000m, Enable est tout bonnement invaincue. Et invincible ? Pour l'heure oui, aussi. Elle a ce profil de cheval parfait, qui sait démarrer vite pour se placer, et qui est capable de produire une grosse accélération, qui semble même progressive jusqu'au passage du poteau . Et même en tirant dans le parcours, comme ce dimanche, où elle a un peu fait des siennes depuis la ligne d'en face. Mais malgré cela, elle a fait comme à l'habitude et s'en allée quérir un succès aussi ridicule de facilité que les précédents, que ce soit dans les Oaks, les King George ou autre. La voilà à 5 groupes I cette saison, et qui sait peut-être qu'elle va poursuivre sa carrière à 4 ans, même si elle n'a d'ores et déjà plus rien à prouver. 

Décidément, la casaque Abdullah, quelques années après l'immense Frankel, semble habituée à nous sortir des champions d'exception. Car Enable fait partie de cette race-là, des Zarkava, des Sea the Stars, des Trêve, celles des cracks dont on reparlera encore dans 10, 15, 20 ans. 

La grande monte de Barza

Derrière la lauréate, on a le sentiment d'avoir assisté à une course limpide, tout le monde semble à sa place, ou presque. En premier lieu, coup de chapeau à Micka Barzalona qui a monté une course magnifique avec Cloth of Stars, d'une patience infinie, certes dans le dos d'une locomotive de choix, nommé Ulysses, qui l'a emmené jusqu'aux 200m, et le cheval a fait le reste ensuite, prouvant qu'il avait énormément progressé depuis l'an passé. Sa seconde place ne doit rien à personne, sauf à son jockey.

Ensuite, Ulysses prend une très belle 3e place, sur une distance limite pour lui, mais monté par un excellent James Crowley qui a été globalement excellent ce week-end d'ailleurs. Order of St George, toujours aux avant-postes depuis le départ mais dur comme le roc, garde la 4e place devant un Brametot très rassurant qui complète le quinté, après avoir (enfin) pris un bon départ qui lui a permis de se retrouver près des leaders toute la route, et même s'il fut un peu ligoté en dedans au moment décisif, on est unanimes pour dire qu'un parcours plus limpide n'aurait rien changé car il n'a pas jailli comme un cheval gavé de gaz quand il a vu le jour, et termine donc à sa place sur une distance là encore vraiment juste pour lui, qui sera mieux sur les 2.000m des Champion Stakes.

Les déceptions

Elles sont finalement peu nombreuses comme on a pu le dire, sauf peut-être pour Zarak, qui n'a pu jouer un rôle quelconque, mais en ayant le 18 dans les boites et en repris logiquement par C. Soumillon en partant, son tombeau était scellé, mais vue sa ligne droite il n'avait sans doute pas le niveau pour faire mieux. 

Outre la blague japonaise Satono Diamond qui a confirmé son mauvais Foy et son leader qui n'a jamais pu aller devant, on notera surtout la très bonne 6e place de notre outsider préféré avant le coup, l'allemand Dschingis Secret, qui a fait toute la course en dehors le nez au vent et qui malgré cela n'a jamais molli jusqu'au passage du poteau, mais avec une meilleure course il aurait sans doute pu conclure un ou deux rangs plus près. 

Pour le reste, peu de mauvaises surprises à déplorer, la course fut d'une limpidité absolue, et surtout elle a consacré la meilleure d'entre tous.

Fiasco tricolore, prévisible non ? 

Voilà, Chantilly a accueilli son second et dernier Arc, avant que le nouveau Longchamp ne reprenne ses droits en 2018, ce que l'on attend avec impatience d'ailleurs. On pourra aussi saluer la superbe ambiance mise, majoritairement, par le contingent britannique qui avait fait massivement le déplacement ce week-end, étant sûr du succès de sa championne, mais aussi de ses autres représentants qui ont raflé tous les groupes I dominicaux. Il va être temps de se poser les bonnes questions côté français.

Car entre cette magistrale déculottée combinée au nombre ridicule de partants tricolores (seulement deux 3 ans, et 7 au total sur 18) dans l'Arc, NOTRE plus grande course, on a sans doute vu les limites de beaucoup de choses ce dimanche. 

Publié dans Actu hippique