Pronos R1 Jeudi à Deauville, by Marie

Publié le par Kevin

1ère course

 
À la première question : que faire du succès un peu écrit de CHEIKELJACK (2) sur le terrain strictement comptable (?), la réponse est ...rien.
À la seconde question, quel sera notre couplé-ordre (?), nous répondons par BOHÉMIEN (5). Celui-ci, qui est au passage une peinture, a pris la très sale manie de mal s'éjecter de sa stalle et de se condamner ainsi d'emblée. Il a lassé ses propriétaires autant qu'Alain Couétil et vient donc de changer d'environnement.
Un jour, un jockey parviendra à le partir et tout le monde se demandera pourquoi il affiche soudainement une sur-valeur.
Dans une épreuve d'ouverture où aucune autre perspective que ramasser des clopinettes ne se dessine, autant tenter quelque chose...
Dans l'hypothèse où il s'élance correctement, il a même le droit de faire galoper un peu l'épouvantail de ce sprint.
 
Prono : 2-5
2ème course
 
Nos dirigeants ne manquent pas de culot quand même : la mémoire d'Arazi, le meilleur 2 ans de l'histoire avec Johannesburg, méritait tellement mieux qu'une Classe 1... 
 
MASSINA (6) a dominé un bon lot en débutant et sans un coup de cravache ; elle a le droit de répéter en affrontant les mâles ce coup-ci. La maison, bien armée chez les 2 ans cette saison, doit savoir où elle va.
La préférer à LOUIS D'OR (4) se conçoit.
 
Prono : 6-4

3ème course

 
Très belle épreuve sportivement parlant, l'Isonomy exige même une petite prière avant le départ, un roulement de tambour ou au moins un coup de trompette... Oui, oui, absolument, car Subotica, Montjeu, La Cressonnière et Al Wukair, ça vous pose une listed, ça, M'sieurs Dames... 
 
Cette année, la course est très ouverte et soulève une belle question pour tous ceux qui ont à cœur d'exercer leur œil.
 
Et cette question, c'est WOOTTON (3) qui la pose. 
Il n'a en effet échappé à personne que ce poulain s'est promené en débutant et aux dépens d'un lot qui tenait la route. Mais ce jour-là, sa façon de zigzaguer toute la ligne droite, son anxiété manifeste, sa réaction à la cravache, bref son comportement et presque sa "psychologie" ont tout autant interpellé les observateurs que sa promenade. Dans la langue des gens de métier, la plus éloquente formule que nous ayons entendue fut "il galope de peur". Naturellement, ça traduisait des craintes sur son avenir à défaut d'amendement, car la peur n'est pas le moteur le plus prometteur.
Mickaël Barzalona a toutefois du descendre de cheval suffisamment convaincu pour faire partager son enthousiasme à Lisa-Jane Graffard et au-delà, à tout l'état-major Godolphin, puisque le poulain est donc passé sous l'étendard bleu. C'est du moins comme ça que nous devinons les choses.
Quel visage montrera-t-il jeudi ? ...mystère. Son jockey aura-t-il à cœur un résultat d'abord ; ce qui pourrait l'inciter à aller devant et à s'isoler des autres. Ou décidera-t-il de jouer la carte "éducative" et de courir le poulain dans les autres pour lui apprendre des choses ? 
Telles sont les passionnantes interrogations du turfiste autant que du jockey... 
Toujours est-il qu'au-delà du cavalier, nous allons découvrir un Mickaël Barzalona dans un autre rôle, plus dense encore, d'homme de cheval et de partenaire au sens fort du mot, en la circonstance.
Difficile de savoir comment tout ça va tourner : de la déconfiture à l'éclosion d'un authentique champion, tout est possible. Le jouer, ce n'est pas forcément raisonnable sous le seul angle technique et comptable, mais ça peut signifier que le turfiste laisse parler sa sensibilité et souhaite de tout cœur à Mickaël de réussir dans sa tâche du jour ...qui va confiner à de l'art hippique.
 
On retient notre souffle, il y a deux Arc-winners, une double lauréate de la Poule et du Diane, outre le dernier vainqueur du Le Marois, au palmarès de cette épreuve, ...et puis là, cette année, un bonhomme tout de bleu vêtu qui va tâcher de prendre encore du galon. Qu'il sache que les papillons sur son épaule pendant la course, ce sont tous ceux qui auront cotisé et qui croient en son travail.
 
Prono : 3
5ème/6ème course
 
Nous ferons l'impasse sur les deux lots d'inédits dans ces circonstances. Ce sont des courses où on peut parfaitement s'amuser à la pièce, voire joindre l'utile à l'agréable. Mais pour s'y exposer de façon un peu sérieuse, il faut disposer de quelques informations fiables du matin. Or, nous n'en avons pas dans le cas présent. Le mauvais départ de mardi exige de la rigueur et forcément d'appuyer un peu sur le champignon des mises. Faisons ça là où un minimum de garanties peut être trouver.

7ème course 

 
Depuis sa réclamation par Nicolas Caullery, la trajectoire d'HIGHEST ROCKEUR (7) a obéi à la trajectoire habituelle de la maison : deux trois parcours pour cerner son comportement et surtout travailler sa situation sur l'échelle, afin de dégager une marge de manœuvre.
Ce poulain reste sur deux courses bellifontaines encourageantes, si nous tenons compte que c'était un poil court et qu'il était logé exactement là où il ne fallait pas sur un tracé pseudo-rectiligne assez particulier.
Évidemment qu'avec Weekfair dernièrement, il y avait mieux à jouer que lui dans le quinté, mais nous l'avions néanmoins coché sur une "queue de ticket" ; pressentant une révélation imminente sous la férule de son nouveau mentor.
Redescendant un peu de catégorie et retrouvant un format optimal sous un poids favorable, le partenaire de Gregory Benoist voit donc son Jour J arriver. 
Les twittos ont l'habitude de jouer la maison et savent que maîtrisant un minimum son sujet, elle peut régaler mais infliger aussi parfois des déconvenues cinglantes. Bon an mal an, on s'y retrouve avec le grand blond un peu rockeur sur les bords, sans forcément avoir tant d'exploits que ça à raconter â ses parents. On prendra celui-ci comme il faut, c'est-à-dire avec beaucoup de conviction mais aussi un peu de détachement. 
 
Prono : 7

8ème course

 
Nous nous abstiendrons dans ce réclamer en notant bien que FILANTE (4), avec laquelle Gabriel Leenders retravaille à la malice la valeur-handicap, doit avoir un quinté sur le sable en ligne de mire. La chose sera jouable pour nous dès qu'elle sera de retour dans la zone 35/36.5.

9ème course 

 
Soyons cohérents dans cette troisième épreuve de clôture du meeting et souvenons-nous du développement sur l'élève de François Rohaut dans le quinté. 
RIPAZUR (2), même s'il pouvait être mieux devancé ici même par Mudawwan qui s'est relâché à la fin, défend une bonne ligne en 33.5 de valeur. Les trois kilos de différence n'y étaient pas. 
 
Prono : 2

Voilà, nous reposons le bleu de chauffe, les dés sont jetés. Il faut que le quinté puis que l'élève de Nicolas Caullery régalent, en particulier.

 
 

Publié dans Tuyau du jour

Commenter cet article