Courses de Légende : Zarkava - Vermeille 2008

Publié le par Kevin

Courses de Légende : Zarkava - Vermeille 2008

Parce que monumental, et parce qu'il y a du grand Stéphane Costes dedans...

A tout seigneur tout honneur (moi !), je me propose à moi tout seul d'inaugurer cette nouvelle rubrique. 

Vous allez me dire : "Quoi ? avec un Vermeille ???" 

Et je vais vous dire que oui, ce n'est pas un Arc, un Prix d'Amérique d'anthologie ou autre, mais ne vous en faites pas, des courses de ce type, vous allez en avoir à profusion dans les semaines qui viennent. 

J'ai choisi ce Vermeille de Zarkava parce qu'à l'instant T c'est à lui que je pensais, et parce que cette demoiselle est le plus gros coup de coeur que j'ai eu dans ma vie de passionné en 17 ans, au galop tout du moins. 

On vous plante le décor 

Le Vermeille est, comme chaque année, un groupe I pour femelles de 3 ans et plus, préparatoire à l'Arc. 

Cette année-là, Zarkava est invaincue, elle a gagné le Marcel Boussac, la Poule d'Essai, le Diane, bref, carton plein de 1.600 à 2.100m, en faisant à chaque fois des impressions folles. Elle gagnera donc ce Vermeille, et quelques semaines plus tard l'Arc 2008, clôturant là sa carrière vierge de toute défaite en 7 sorties. 

Et si sportivement on aurait aimé la voir courir à 4 ans, cette carrière d'un an, fulgurante, parfaite, on ne l'a pas vue si souvent que cela, à part Sea The Stars l'année suivante, et Trêve, si elle s'était arrêtée à 3 ans. 

Pourquoi ce Vermeille et pas l'Arc me demanderez-vous aussi sans doute ? 

Parce qu'elle a réalisé un truc d'outre-tombe ce jour-là, passant du dernier rang après un départ manqué et des longueurs perdues, à un triomphe total, en venant en pleine piste et en bon terrain, ce qui était très compliqué à faire à Longchamp à cette époque. 

L'impression visuelle est phénoménale, hallucinante, amplifiée et magnifiée par les commentaires d'un Stéphane Costes en grande forme et aussi médusé que l'assistance. 

Revoir la course, avec ses commentaires, ce que j'ai fait juste avant d'écrire ce post, me donne toujours autant de frissons 9 ans après, signe que la magie opère toujours dès lors qu'il s'agit de cette performance ahurissante. 

Je vous laisse regarder, si ce n'est déjà fait, parce que j'ai parlé pas mal quand même. 

Publié dans Courses de Legende