Hommage à Frankel

Publié le par kevfr50

Je vous l'avais promis il y a quelques jours mais je n'avais guère eu le temps de le faire, mais il le mérite tellement que je ne peux pas y échapper.

 

 


 

 

 

A l'occasion des Champions Stakes, remportés brillamment devant un exceptionnel Cirrus des Aigles, le crack Frankel a donc terminé sa carrière invaincu en 14 sorties, gagnant de groupes I, de 1400 à 2000m, infligeant le plus souvent de véritables corrections à des rivaux pourtant aussi prestigieux qu'Excelebration, Nathaniel ou Saint Nicholas Abbey grâce à un moteur tout simplement hors norme. Il rentre au panthéon des tous meilleurs chevaux de l'histoire des courses, et il s'impose sans nul doute comme le meilleur cheval de ce début de siècle, même devant Zarkava ou Sea the Stars. 

 

Petit bémol en revanche, car lui n'a pas gagné l'Arc, une épreuve où l'on aurait tellement aimé le voir courir cette année, car compte tenu de sa façon de courir il aurait tenu sans problème la distance classique et même dans le terrain lourd que nous avons eu il avait une marge certaine pour l'emporter. Cela restera, tout au moins pour nous français, comme la seule petite tâche dans sa carrière. Mais comment trouver à redire sur la qualité d'un tel cheval ?

 

Il a montré à chaque sortie qu'il était une vraie machine à galoper de lui-même, étant rarement sollicité, si ce n'est dans ces Champions Stakes, dans un terrain lourd qu'il ne connaissait pas beaucoup et où il a eu plus de mal que de coûtume à creuser l'écart après avoir pris l'avantage, mais il faut dire aussi qu'il était confronté à Cirrus des Aigles, qui est probablement le meilleur cheval au monde dans ce terrain.

 

Nous avons donc eu droit au moment d'émotion tant espéré à Ascot, avec une foule uniquement présente pour voir Frankel courir sa dernière course. Peu de chevaux ont fait à ce point déplacer les foules dans l'histoire, ce qui nous démontre bien ce que représente ce champion pour les britanniques, qui ont même maquillé des bus à son effigie ou fait revêtir aux gardes la casaque de l'écurie Abdullah. 

 

Nous pouvons nous vanter d'avoir vu courir un très grand crack au cours de ces 3 dernières saisons, un cheval qui laissera sans nul doute une trace indélébile dans l'histoire des courses. Respect Monsieur Frankel, et merci !

Publié dans Actu hippique