Prix d'Amérique 2018 : Bold Eagle en rédempteur ?

Publié le par Kevin

Prix d'Amérique 2018 : Bold Eagle en rédempteur ?

On dirait bien qu'on y est à ce Prix d'Amérique 2018... On en a parlé. Beaucoup. Mais il faut dire aussi que l'attente est immense autour de cette édition qui s'annonce comme l'une des plus passionnantes et les plus relevée que nous ayons connu depuis longtemps.

Parce que tous les ingrédients sont réunis pour en faire un cru exceptionnel. Mis à part Twister BI, souffrant, les meilleurs chevaux de la planète sont présents, et ils sont cinq au moins à pouvoir prétendre l'emporter, ce qui témoigne de la densité affolante qu'il y a au départ. Et puis, le fait que Bold Eagle soit moins dominant qu'il ne le fut rajoute encore de la dramaturgie à une épreuve qui n'en manque déjà pas en temps normal.

Chaque préparatoire, à défaut de livrer un vainqueur différent, a livré des informations pertinentes, importantes, sur chacun des protagonistes de ce Prix d'Amérique. Certes, Bold Eagle n'a pas gagné une seule fois cet hiver, mais on a le sentiment que lui seul peut décider ou non s'il veut s'imposer dimanche. Si tel est le cas, il sera en mesure de remporter son 3e Prix d'Amérique de suite, un exploit qui n'a pas été réalisé depuis Ourasi voilà 30 ans. C'est dire à quel point la difficulté de la tâche qui lui incombe est immense. Mais Belina Josselyn, sa dauphine l'an passé, a été amenée sur ce rendez-vous avec une précision diabolique par JMB et elle sera, à nos yeux sa plus chaude rivale. On ne néglige pas pour autant les cracks étrangers Propulsion et Readly Express, qui ont montré de grande choses durant ce meeting, c'est un fait certain. On ne galvaude pas non plus le talent d'un Bird Parker redevenu un superbe guerrier mais qui peut être un peu court pour contrer les pointes de vitesse de certains. 

Oui, nous l'avouons, on a envie de revoir un duel haletant entre Bold et Belina. Par choix du coeur certainement, mais par raison, aussi. Ces deux-là nous enthousiasment, pour des raisons différentes, et il est possible que ce Prix d'Amérique tourne à un remake du précédent entre deux chevaux que l'on adore, au-delà du raisonnable. Pour le même résultat ? Pas sûr, pas sûr du tout. Qu'importe, pourvu qu'on ait une course limpide et d'anthologie, car ce Prix d'Amérique se doit de l'être. Tout est réuni pour cela. 

LES PARTANTS

1 - TONY GIO - Le pensionnaire des frères Martens est le petit poucet de l'épreuve, ayant hérité de la dernière place qualificative aux gains. Est-ce que cela signifie pour autant qu'il faut le rayer ? Pas forcément, en rasant les murs il peut prendre une 5ème place, d'autant qu'il est en bonne forme cet hiver et vient de bien courir à Cagnes dans le GP de la Côte d'Azur, mais il ne fera pas partie de nos priorités c'est certain. 

2 - BRIAC DARK - Lui par contre on l'aime bien. Entrainé par Franck Anne dans sa prime jeunesse, il est passé chez Thierry Duvaldestin ensuite qui lui a redonné tout son mordant et lui a permis de réaliser de très belles performances l'hiver passé. 5ème de l'Amérique, deuxième du Prix de Paris, il a connu des soucis de santé en fin d'été, si bien qu'à la base son mentor ne comptait le préparer que pour le Prix de Paris cet hiver. Mais le cheval est vite revenu au mieux et a pris une superbe 3e place dans le Bourgogne, lui permettant d'être directement qualifié pour la belle. Du coup les plans ont changé et après avoir été sage dans le Belgique, il se présentera ici avec des ambitions très solides pour les places à nos yeux. 

3 - CHARLY DU NOYER - C'est pas mal, mais on sent quand même qu'il lui manque du petit truc pour se hisser au niveau des meilleurs chevaux d'âge d'Europe. Il a bien couru tout l'hiver, finissant 3e du Bretagne et se qualifiant ainsi directement, avant de finir aussi 3ème du Ténor de Baune. Il a couru dans le sillage de Bird Parker dans le Belgique, ferré, et cette fois il sera sans doute pieds nus pour son premier Prix d'Amérique. C'est logique qu'il y soit compte tenu de son palmarès. Maintenant, sa tâche s'annonce compliquée. Outsider.

4 - CARAT WILLIAMS - Premier des 5 Guarato de la course, finalement il se retrouve là qualifié aux gains alors que l'on a cherché tout l'hiver à le qualifier directement, que ce soit dans l'une des B ou dans le Ténor... Beaucoup d'efforts pour rien au final, d'autant qu'en dehors de son Marcel Laurent victorieuse on ne l'a guère vu sous son meilleur jour par la suite. Dans le Belgique c'est lui qui fait le boulot pour ramener Readly Express dans la montée, et il aurait sans doute fini 4ème sans sa faute dans la ligne droite. Initialement le plan était de courir le Prix de la Marne une semaine plus tard mais ses propriétaires ont préféré courir l'Amérique, ce qui peut se comprendre. Toujours est-il qu'il va courir petits bras ici, et l'on aurait bien aimé le voir aussi bon que l'an passé. Dommage. 

5 - RINGOSTARR TREB - Celui-là c'est un peu la surprise du chef. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'on n'a quasiment pas entendu parler de lui du meeting. Pourtant il était bel et bien là pour se qualifier dès le Bourbonnais où il a pris la 3e place derrière Bird et Bold. Couru sagement dans le Bourgogne, on n'a pas disputé le Belgique afin d'arriver avec un maximum de fraicheur sur ce Prix d'Amérique. On se souvient du Prix d'Eté où il aurait été très dangereux sans sa faute dans le dernier tournant car il avait du gaz. Sur une pointe, il sera redoutable. A son pilote de le préserver autant que possible jusqu'aux 300 mètres. Attention !!! 

6 - BOOSTER WINNER - Second Guarato de l'épreuve, il avait été étonnant l'hiver dernier mais cela semble plus délicat durant ce meeting. Meilleur sur les courtes distances, on pense que ce sera compliqué pour lui. On fait l'impasse.

7 - VALKO JENILAT - Encore un Guarato, mais celui-ci détient une chance sympathique. Lauréat du Prix des Cévennes en début de meeting, il a ensuite validé son ticket pour le jour J en s'imposant dans le Bretagne. Depuis, forcément, on a fait du léger avec lui mais on a pu se rendre dans le Belgique, où il était ferré, qu'il serait fin prêt pour l'Amérique. Avec Eric Raffin et déferré des 4 cette fois, on peut en espérer une belle performance, voire même un numéro à la Sea Cove car on a cru comprendre qu'il serait mené très offensivement.

8 - READLY EXPRESS - C'est à partir de là que je vais me fâcher avec du monde, mais qu'importe. De lui on a tout dit ou presque ces dernières semaines, mais pour synthétiser, on a trouvé les avis un peu trop dythirambiques sur son Ténor de Baune, et même sur son Belgique l'autre jour. Oui, il a gagné facilement le Ténor, mais sans jamais être attaqué, ce qui était finalement normal pour un cheval de son niveau. Et dans la dernière préparatoire, on a eu le sentiment qu'il avait été pris un court instant de vitesse en haut de la montée avant de très bien conclure, mais comme pas mal de chevaux de ce calibre en sont capables. Dans les étrangers, il s'annonce comme un rival solide, mais pas le meilleur à nos yeux. Et l'on a vu aussi qu'il n'était pas à l'abri d'un mauvais départ, ce qui compliquerait ses chances. Ce qui nous rassure c'est que Jean-Michel Bazire semble un peu penser la même chose. Ceci étant, bien sûr qu'il a sa chance, soyons honnêtes, mais ce n'est pas notre préféré pour la victoire finale. 

9 - BELINA JOSSELYN - JMB parlons-en justement, puisque l'on aborde ici le cas de sa ballerine. Là aussi il y a des choses à dire. On a le sentiment que c'est de l'horlogerie qu'a mis en place le patron avec elle cet hiver, en risquant un peu qu'elle ne soit pas qualifiée, mais les circonstances lui ont donné raison. Il n'a pas eu besoin de se découvrir plus que cela avec Belina, dont la meilleure perf dans ses prépas a eu lieu dans le Bourbonnais où, ferrée, elle a refait énormément de terrain pour finir, avec Propulsion, et elle a même fini plus vite que lui sur les derniers mètres, quand son rival était "D4". Ouverte dans le Bourgogne, elle s'est accrochée un court instant avec Readly Express dans le Belgique et a fait la faute. Mais JMB lui, il sait. Il sait que sa jument est au top de sa forme. D'ailleurs, sa façon d'en parler lundi soir dans l'interview accordée à Equidia en dit long sur la confiance avec laquelle il aborde ce Prix d'Amérique, dont elle a fini seconde de Bold l'an passé après une performance exceptionnelle. On a le sentiment qu'elle pourrait bien monter sur la plus haute marche cette fois. Un coup de coeur. 

10 - PROPULSION - C'est presque un autre coup de coeur celui-ci. Il a connu tous les malheurs l'hiver dernier, "profitant" de la scoumoune d'Orjan Kihltström. Dans l'Amérique il a été un peu le dindon de la farce en restant en suspension en dehors dans le tournant mais il a très bien conclu au 4e rang, et dans le France il a été archi malheureux.. Il a été performant ensuite en Scandinavie, concluant second de l'Elitloppet notamment derrière Timoko. Cet hiver, il a été revu dans le Bourbonnais où, ferré mais couru très sagement en dedans, il a tracé une ligne droite de toute beauté pour finir 4e, tout près de Bold. Dans le Bourgogne, c'était sa course, et il n'a jamais été inquiété du parcours, pas même par l'attaque finale de Bold Eagle dans la ligne droite. Il a été amené depuis directement sur l'Amérique, où il nous semble totalement capable de jouer au moins un podium, voire mieux, car il sait tout faire, mais il ne faudra pas non plus en faire de trop s'il doit aller devant. Mais sur une pointe, c'est encore plus fort que Readly Express à nos yeux. 

11 - TIMONE EK - Son entourage italien se fait plaisir en venant courir l'Amérique. Il a largement les gains pour se le permettre, alors pourquoi pas ? Reste qu'il fera partie de nos interdits, sans surprise. 

12 - LIONEL - On en a vu quelqu'uns faire les gros yeux en voyant qu'il serait mené par son propriétaire dans l'Amérique. Cela se comprend, mais il a aussi gagné de belles course avec son cheval en Suède. Mais la Suède, ce n'est pas Vincennes, et surtout ce n'est pas le Prix d'Amérique, avec le stress et la tension qui en découlent. Pour en revenir au cheval proprement dit, il avait été très bon l'hiver dernier dans l'Amérique en prenant la 3e place. Il nous a semblé assez  bien durant ce meeting, notamment dans le Bourbonnais et dans le Bourgogne, où il n'a pas couru pour ainsi dire. Par contre son Belgique n'était pas franchement rassurant. Même s'il était ferré ce jour-là, on n'a rien vu. Nous allons voir si c'est le vrai Lionel ce dimanche. Un X. 

13 - VOLTIGEUR DE MYRT - La peinture, comme on aime à l'appeler, car il est vraiment magnifique, n'a pas semblé au mieux cet hiver, et sa participation a été incertaine jusqu'à il y a quelques jours. On a du mal à lui voir une chance dans ce cru 2018.

14 - WILD HONEY - L'une des Redén au départ, on sait qu'elle prépare le France, étant bien mieux sur les parcours réduits, et elle n'aura qu'une chance de gros outsider ici. 

15 - BILLIE DE MONTFORT - On l'adore cette petite Guarato. Elle est là depuis le début de cette génération, toujours au plus haut niveau alors qu'elle a eu de sacrés combats. Il est avéré qu'elle est meilleure pistes plates, mais quand même, elle a été excellente dans le Bretagne et du coup son entourage s'est laissé tenter par ce Prix d'Amérique, qu'elle mérite amplement de disputer eu égard à sa carrière magnifique. Et encore, elle n'est pas du tout incapable de garder une 4-5e place en faisant le petit parcours à la corde. En bout de combinaison. 

16 - BIRD PARKER - Une mise au point tout d'abord avant de parler de Bird. On a été assez sévère avec Traders ces derniers mois, on le reconnaît, et l'on tient à saluer le travail fantastique de Philippe Allaire et Yoyo Lebourgeois pour lui faire accomplir une performant hors normes dans le Cornulier dimanche dernier. On fait notre mea culpa sur celui-ci, et on va le faire aussi un peu pour Bird, que l'on pensait écoeuré de Vincennes il y a un an, ce qui était peut-être le cas. Mais voilà, depuis, Philippe Allaire a eu une idée de génie (encore une), en le courant uniquement pistes plates aux 4 coins de l'Europe, dans le Tour Européen. Au-délà du succès finale dans ce Tournoi, finalement anecdotique puisqu'il y courait avec ses enfants, ce qui comptait, c'était de redonner un moral de guerrier au cheval, et cela a été accompli en beauté car on a vu un Bird Parker transfiguré depuis son retour à Vincennes cet hiver. Encore mieux, il a gagné en vitesse et maintenant il sait démarrer aussi bien que ses plus grands rivaux, ce qui change absolument tout par rapport aux années précédentes où il laissait le plus clair de ses chances au départ. On s'en est rendu compte dans le Bourbonnais où il a pu disposer d'un Bold Eagle qui manquait sans doute de cela. Dans le Bourgogne, même s'il a été malheureux et que Jean-Philippe Monclin n'a pas tenté l'impossible ensuite, il avait très bien démarré, ce qui est encore plus surprenant pour lui sur 2.100m. Et dans le Belgique... Il est allé devant un peu par la force des choses, mais ce jour-là personne n'est venu l'attaquer, sauf Bold aux 500, et il a été héroïque pour repousser son attaque ce jour-là tout en étant ferré. Bref, résumons : un cheval très dur, capable de démarrer vite, qui a gagné en vitesse, chez nous cela correspond parfaitement au cheval-type pour réussir dans l'Amérique. Même si sur une pointe on pense qu'il peut avoir du mal, on l'aime beaucoup, vraiment.  

17 - OASIS BI - Il vieillit et son entourage se fait sans doute plaisir en courant le Prix d'Amérique pour la dernière fois avec lui. Mais soyons réalistes, le cheval n'a pas couru depuis Yonkers en octobre où il finissait 3e de Twister Bi. Il aura bien du mal à faire l'arrivée sans préparation digne de ce nom. 

18 - BOLD EAGLE - On termine avec le patron, qu'il est toujours, au moins jusqu'à 16h10 ce dimanche, même si beaucoup veulent l'enterrer. Et nous ? Disons que notre réponse est moins tranchée qu'elle n'a pu l'être il y a un mois. On a pu le dire dans notre debrief du Belgique, on a eu le sentiment que le cheval en avait un peu marre de devoir encore prouver qu'il est le meilleur. S'est-il senti trahi en Suède ? Possible. Ce que l'on pense, c'est qu'il est très intelligent, et sait se faire comprendre. Ce que l'on pense aussi, quoiqu'en dise Sébastien Guarato, c'est que son "coup de jarret", comme le dit JMB, a un peu disparu. Il sait toujours finir très vite, mais ce changement de vitesse monstrueux qui le rendait quasiment imbattable et qu'il avait encore l'hiver dernier n'est plus trop présent. Ce fut criant dans le Bourgogne surtout, où quand il est sorti du dos d'une Belina Josselyn pourtant sur ses fins, il n'a pas eu son démarrage habituel. Ceci dit, revenir sur un Propulsion qui a fini sur le pied de 8"5 était très compliqué ce jour-là et n'a pas rendu sa seconde place honteuse le moins du monde.

Dans le Belgique, ce qui en a refroidi certains mais nous a, à nous redonné un peu de confiance, c'est qu'il marchait sur Bird Parker dans le dernier tournant. Franck Nivard pensait même se promener à ce moment-là. Las, le cheval n'a pas euvie de s'employer, comme un sauteur refusant l'obstacle. Il n'a pas eu envie d'aller plus vite. Comme pour dire :"hey ! Tu sais que je le bas tous les jours celui-là si je veux, alors pourquoi je dois encore le faire ?". Rigolez si vous le souhaitez, c'est notre sentiment.

Mais cette impression que le cheval est au top de sa forme a été totalement confirmée cette semaine par son mentor, qui a eu la très bonne idée de l'emmener travailler au bord de la mer, à Cabourg, et selon les infos, il était très très (très) bien ! S. Guarato a même dit qu'il était encore mieux que l'an passé avant son second sacre, et il a utilisé une formule qui est importantissime à nos yeux : "Travailler sur le moral". Comme pour confirmer ce que l'on pense. Le cheval avait besoin de reprendre du moral, et surtout l'envie de remontrer à tout le monde que le meilleur c'est lui. Est-ce que ce sera suffisant ? On le saura dimanche, à condition que le cheval ait un bon parcours, qui sera déterminant quel que soit son état d'esprit. Mais si tout se goupille bien de ce côté-là, alors on a envie de voir un Bold Eagle conquérant et qui a la volonté de dire à tout le monde : "Vous en faites pas, c'est toujours moi le meilleur !". On aura sans doute un premier élément de réponse dès les heats avec lui. Si vous le voyez faire le clown, comme avant, c'est bon signe. Si vous n'avez pas compris ce que l'on pense en filigrane et que vous vous posez encore la question, la réponse est : "oui, il sera notre favori !"

LE PRONO 

18 - BOLD EAGLE

9 - BELINA JOSSELYN

10 - PROPULSION

16 - BIRD PARKER

 8 - READLY EXPRESS

2 - BRIAC DARK

5 - RINGOSTARR TREB

7 - VALKO JENILAT 

 

LE REGRET

15 - BILLIE DE MONTFORT